Peppy Miller

Pas envie de voir Polisse, pas envie d’entrer en collision avec les drames sociaux. Envie d’être éblouie, transportée, élevée; envie de magie quoi!

Sur l’écran géant, le film courageux de Michel Hazanavicius The Artist est porté par une musique d’orchestre magistrale, en grand et en noir et blanc le talent de Jean Dujardin et la beauté

de Bérenice Béjo explosent et puis les années 1927, Hollywood, les robes frangées qui ont envie de danser le charleston, la poudre de riz, les destins croisés d’un comédien à succès et d’une jeune figurante à l’aube du cinéma parlant et puis Uggy un petit chien craquant qui a mérité lui aussi sa palme d’or.

Non le cinéma français n’est pas mort, il vient juste de retrouver sa respiration et deux comédiens flamboyants.

Publicités

2 réflexions sur “Peppy Miller

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s