Oraison parfumée

LA DANSE MACABRE

BIBLIQUE

NUIT D'IVRESSE

Pousser la porte de la boutique Yves Saint-Laurent rive gauche de la rue Saint-Sulpice, c’était tout d’abord pénétrer dans un univers dédié à  la féminité magnifiée et fantasmée, admirer les vitrines ou s’invitaient des robes écrins de velours, des manteaux de cosaques, des blouses de satin d’or, des escarpins et sandales grand soir, des sacs ourlés de passementerie, des bijoux débordants de cabochons, des bottes cavalières à la cambrure respectable, des toques d’astrakan chocolat …

La femme de Monsieur Saint-Laurent ressemblait à une sultane baroque à la bouche peinte de fuschia, à la chevelure flamboyante ourlée façon Lauren Bacall, le corps noyé dans une débauche d’imprimés aux couleurs de prisme incandescent.

Aujourd’hui, Yves Saint-Laurent c’est une essence opiacée revisitée dont vous pouvez admirer en ce moment les superbes affiches de la  dame en noir esclave de son flacon privé de ses pompons, les poignets menottés de lourds bracelets dorés

Mais le plus triste dans cette nécrologie est le sort que l’on a réservé à la boutique de jadis: dans un espace ultra designé,on a débarrassé l’orpheline de ses codes adn, suspendu les collections du moment  à des portants alignés de manière disciplinaire qui    dansent sans le vouloir une valse bien triste; la magie de la couleur s’en est allée et la boutique désincarnée, privée de son brillant, flotte, agonisante, comme un vaisseau fantôme.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s