Oraison parfumée

LA DANSE MACABRE

BIBLIQUE

NUIT D’IVRESSE

Pousser la porte de la boutique Yves Saint-Laurent rive gauche de la rue Saint-Sulpice, c’était pénétrer dans un univers dédié à  la féminité magnifiée, admirer les vitrines où s’invitaient des robes  de velours, les manteaux de cosaques, les blouses de satin d’or, les sacs ourlés de passementerie, et les bijoux pimpants.

La femme de Monsieur Saint-Laurent ressemblait à une sultane baroque à la chevelure flamboyante, parée d’imprimés aux couleurs de prisme incandescent.

Aujourd’hui, on a repensé la boutique. Les collections du moment sont présentées sur des portants. Robes et consorts    dansent une valse bien triste. La magie des couleurs s’en est allée et la boutique désincarnée a des airs de vaisseau fantôme.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s